Antenne principale Les mardis des Bernardins

Créer un compte

Un email va vous être envoyé pour confirmation

Mot de passe oublié ?

Après validation, un lien permettant de générer un nouveau mot de passe vous sera envoyé par email

Créer un compte

Un email va vous être envoyé pour confirmation

Mot de passe oublié ?

Après validation, un lien permettant de générer un nouveau mot de passe vous sera envoyé par email

Les mardis des Bernardins


le mardi à 21h, le mercredi à 2h et le samedi à 16h durée : 55 minutes


Les sujets des « Mardis des Bernardins » sont élaborés en partenariat avec les six départements du pôle de recherche du Collège des Bernardins, la Faculté Notre-Dame, le Collège de France et l’Académie Catholique de France.


Les sujets des « Mardis des Bernardins » interrogent notre société en débattant autour de grands thèmes comme l’entreprise, la culture, l’art ou les religions.




Production : Radio Notre-Dame

Les mardis des Bernardins Scruter les signes des temps avec le Cardinal Lustiger
par : Le collège des Bernardins |

Il y a dix ans, le Cardinal Jean-Marie Lustiger nous quittait. Cet anniversaire est l’occasion d’un retour sur la vision de celui qui pensa la renaissance du Collège des Bernardins.
La fécondité de la pensée et de l’action de Jean-Marie Lustiger est reconnue dans toute la société, en France et au-delà. Homme de discernement, il relisait l’histoire pour nous orienter vers l’avenir. Comment peut-il, encore aujourd’hui, nous guider pour « scruter les signes des temps » et nous aider à penser l’histoire ?

Animé par Guillaume Goubert, directeur du journal La Croix
avec :
- P. Jean-Baptiste Arnaud, Docteur en théologie et co-directeur du département de recherche Politique et Religions,
- Jean-Pierre Morin, Ancien secrétaire général du Centre Richelieu Fondateur de Routes Bibliques,
- Anne-Marie Pelletier, Agrégée de Lettres modernes Docteur en Sciences des religions Licence de théologie.

Les mardis des Bernardins Frankenstein peut-il nous aider à comprendre le transhumanisme ?
par : Le collège des Bernardins |

Frankenstein peut-il nous aider à comprendre le transhumanisme ?

En juin 1816, Mary Shelley, nourrie des Lumières et du romantisme, conçoit le personnage du Docteur Frankenstein. Ce médecin pense avoir trouvé le  moyen de façonner un être humain idéal. Il échoue tragiquement.
Deux siècles après, le contexte technoscientifique pourrait permettre au fantasme prométhéen de créer l’homme de devenir réalité. L’histoire peut-elle mieux se terminer ? Il nous incombe d’inventer une suite, moins noire que Le Dernier Homme, publié dix ans plus tard par Mary Shelley…

Les intervenants dans ce débat sont :
- Jean Duchesne, Co-fondateur de la revue internationale Communio Professeur de lettres, notamment auteur de Incurable romantisme ? Parole et silence, 2013
- Nathanaël Jarrassé, Chargé de recherche CNRS, chercheur à l'Institut des systèmes intelligents et de robotique (Isir), UPMC
- Monette Vacquin, Psychanalyste, auteur de Frankenstein aujourd'hui: égarements et délires de la science moderne (2016)

Les mardis des Bernardins L’apparition de nouveaux modèles d’alimentation peut-elle signer la fin du repas partagé ?
par : Le collège des Bernardins |

« Manger », quoi de plus banal ? Une banalité à laquelle nous consacrons pourtant chaque jour 2h30 et 15% en moyenne de nos revenus. L’acte de manger n’est sans doute pas si banal…. Il en dit long sur notre culture, notre caractère, notre conception de la vie, nos relations sociales et l’évolution de la société. Le consommateur moderne, mangeur de pizza sur le pouce, homme pressé, stressé, poussé par des grignotages compulsifs renouerait-il avec la figure du mangeur solitaire traditionnellement incarnée par l’ermite, le sauvage ou le fou ? L’apparition de nouveaux modèles d’alimentation peut-elle signer la fin du repas partagé ? Vagabondage alimentaire vs. commensalité, mangerons-nous encore ensemble demain ?

Le débat animé par Ariane Warlin,
avec :
- Thierry Marx, Chef Exécutif et Directeur Restauration Mandarin Oriental, Paris
- Jean-Marc Albert, Historien spécialiste de l’histoire culinaire et des comportements alimentaires
- Matthieu Jauniau-Dallier, Chroniqueur gastronomique au Guide Fooding Animateur de l’émission « Je mange donc je suis » sur Radio Nova
- Louis de Romanet, Chanoine régulier de Saint-Augustin

Les mardis des Bernardins Ultra modernité et fondamentalismes : un cercle vicieux
par : Le collège des Bernardins |

Il y a de jeunes personnes qui partent en Syrie ou ailleurs, il y a les « loups solitaires », souvent fragiles psychologiquement, qui se tournent vers les filières terroristes… La plupart des radicalisés ont en commun une situation de rupture, une perte de repères, une quête de sens. L’incertitude ultramoderne est-elle la mère du fondamentalisme ? Peut-on trouver une alternative à cette montée des extrêmes, à ce cercle vicieux entre ultra-modernité et néo-fondamentalismes ?

Parce qu’il est urgent de comprendre le phénomène endémique de la violence d'origine fondamentaliste et les raisons de l'impuissance de l'État à endiguer les parcours des jeunes en dérive, les Mardis des Bernardins s’associent au séminaire de recherche « États, religions, laïcités : les nouveaux fondamentalistes » pour penser le rapport entre l’ultra-modernité et la quête de sens appréhendée comme l’une des sources de la fièvre fondamentaliste actuelle.

Entretien avec Marcel Gauchet (Le fondamentalisme islamique est le signe paradoxal de la sortie du religieux, Le Monde, 21 mai 2015),
Dounia Bouzar (Ma meilleure amie s'est fait embrigader, De La Martinière, 2016),
Jean-Paul Willaime (Sociologie des religions, PUF, 2004).

Les mardis des Bernardins du mardi 24 octobre Ultra modernité et fondamentalismes : un cercle vicieux
par : Le collège des Bernardins |

Il y a de jeunes personnes qui partent en Syrie ou ailleurs, il y a les « loups solitaires », souvent fragiles psychologiquement, qui se tournent vers les filières terroristes… La plupart des radicalisés ont en commun une situation de rupture, une perte de repères, une quête de sens. L’incertitude ultramoderne est-elle la mère du fondamentalisme ? Peut-on trouver une alternative à cette montée des extrêmes, à ce cercle vicieux entre ultra-modernité et néo-fondamentalismes ?

Parce qu’il est urgent de comprendre le phénomène endémique de la violence d'origine fondamentaliste et les raisons de l'impuissance de l'État à endiguer les parcours des jeunes en dérive, les Mardis des Bernardins s’associent au séminaire de recherche « États, religions, laïcités : les nouveaux fondamentalistes » pour penser le rapport entre l’ultra-modernité et la quête de sens appréhendée comme l’une des sources de la fièvre fondamentaliste actuelle.

Entretien avec Marcel Gauchet (Le fondamentalisme islamique est le signe paradoxal de la sortie du religieux, Le Monde, 21 mai 2015),
Dounia Bouzar (Ma meilleure amie s'est fait embrigader, De La Martinière, 2016),
Jean-Paul Willaime (Sociologie des religions, PUF, 2004).

Les mardis des Bernardins Sécurité, liberté, dignité : comment refuser le règne de la peur ?
par : Le collège des Bernardins |

Sécurité, liberté, dignité : comment refuser le règne de la peur ?

Le mot « sécurité » est entré dans le discours politique. Les « raisons de sécurité » remplaceraient-elles la « raison d’Etat » ?
Face à la violence qui désormais s’exprime de toutes parts et fragilise ce bien précieux qu’est la paix civile , quelles réponses le politique peut-il apporter ? Peut-il encore nous rassurer, nous consoler ? Comment équilibrer droits fondamentaux et sécurité ?

Une recherche d'équilibre essentielle pour refuser le règne de la peur.

Débat animé par Caroline Broué, productrice de « La Matinale du samedi » sur France Culture
Avec :
Michaël Foessel, Philosophe
Antoine Garapon, Magistrat
Florent Guénard, Philosophe, maître de conférences à l’Université de Nantes

Les mardis des Bernardins Cultivons la paix
par : Le collège des Bernardins |

Les hommes n’ont jamais eu de difficultés à trouver des raisons de se faire la guerre.

Aujourd'hui, les Mardis des Bernardins renversent le problème : pourquoi et comment construire la paix ?
Au lieu de penser la paix comme une non-guerre, nous voulons réfléchir aux modalités positives du vivre-ensemble.
Loin des grands principes, nos invités se demanderont comment les citoyens peuvent concrètement cultiver la paix.

Avec :
Jean-Jacques Rein
chef de service de cardiologie pédiatrique de l’hôpital Hadassah à Jérusalem
Samuel Grzybowski
Ancien président de Coexister Membre d'InterFaith Tour
Reza
photojournaliste humaniste fondateur de l'ONG Ainaworld et de l'association Les Ateliers REZA

Les mardis des Bernardins Ni repli identitaire ni effacement : être chrétien aujourd’hui
par : Le collège des Bernardins |

En collaboration avec la Communauté Chrétienne Essec

Être chrétien au XXIe siècle : comment traduire ses valeurs en engagement ?

Comment les chrétiens peuvent-ils s’engager au nom de leur foi sans subir de récupérations idéologiques ? Les chrétiens ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde moderne qui depuis longtemps ne les attend plus ?

Faire l’avenir, rencontrer le monde en vivant sa foi de manière libre et décomplexée, un souhait qui anime de nombreux catholiques dont les voix se trouvent trop souvent réduites à deux postures stéréotypées : une première  « d’ouverture », tournée vers le monde au risque de s’y dissoudre et de noyer ses convictions religieuses dans un engagement aseptisé ; une seconde posture « identitaire » prompte à ériger face au monde moderne un « rempart de certitudes » protecteur et parfois moralisateur.

Etre chrétien aujourd’hui, un exercice périlleux ? Douloureux ? Joyeux ?

Le débat sera animé par Aurélie Godefroy, journaliste

Les mardis des Bernardins Patronat et syndicats : la France est-elle condamnée à des relations sociales conflictuelles ?
par : Le collège des Bernardins |

Le préjugé d'une France défiante envers le patronat, incapable de se réformer et de forger un dialogue constructif au sein de ses entreprises, perdure. Pourtant, l'état du dialogue social progresse peu à peu. Quels sont les enjeux du dialogue social pour l'avenir ?

En collaboration avec les classes préparatoires du lycée Notre-Dame du Grandchamp à Versailles.

Le débat est animé par David Abiker, journaliste

Les mardis des Bernardins Les inégalités dans l’enseignement supérieur : la France au rattrapage ?
par : Le collège des Bernardins |

À la manière de Janus, le dieu aux deux visages, l’enseignement supérieur est à la fois victime et créateur des inégalités.

L’enseignement supérieur en France n’a cessé de se développer et de se démocratiser. D’un système très exclusif réservé aux garçons de grandes familles, il est aujourd’hui devenu une étape indispensable pour rentrer dans la vie active. Il est un des plus diversifiés, offrant aux bacheliers un choix pluriel. Il n’en est pourtant pas moins inégalitaire : inégalités d’accès aux formations, entre les différentes filières, à la sortie...

 En collaboration avec les classes préparatoires filière D1 de l’École Normale Catholique Blomet
Le débat sera animé par Didier Pourquery, directeur de la rédaction de The Conversation France

Les mardis des Bernardins De l’information de masse à l’information individualisée, que nous reste-t-il de commun
par : Le collège des Bernardins | Connecté en permanence, engagé, le public a partout pris le contrôle de sa consommation d’information : comme avec les « playlists » musicales individuelles, nous lisons, écoutons et regardons hors des temporalités collectives traditionnelles. Personnalisées, sur mesure, choisies, triées, « algorythmées », nos informations n’ont plus grand chose à voir avec celles des autres. Est-ce simplement le modèle « one to many » indifférencié qui s’essouffle, « l’illusion de l’entre-nous » portée par le journal de 20h qui se dissipe ou sommes-nous réellement en train de créer des mondes parallèles ? Quand il y a tant d’expériences différentes possibles, partager des choses en commun devient plus compliqué. A l’ère de la personnalisation le média de masse peut-il encore exister et jouer son rôle de synchronisateur social ?
Les mardis des Bernardins Être chrétien au XXIe siècle : comment traduire ses valeurs en engagement ?
par : Le collège des Bernardins |

Le débat animé par Aurélie Godefroy, journaliste, avec la communauté Chrétienne Essec.

Comment les chrétiens peuvent-ils s’engager au nom de leur foi sans subir de récupérations idéologiques ? Les chrétiens ont-ils encore un rôle à jouer dans le monde moderne qui depuis longtemps ne les attend plus ?
Faire l’avenir, rencontrer le monde en vivant sa foi de manière libre et décomplexée, un souhait qui anime de nombreux catholiques dont les voix se trouvent trop souvent réduites à deux postures stéréotypées : une première  « d’ouverture », tournée vers le monde au risque de s’y dissoudre et de noyer ses convictions religieuses dans un engagement aseptisé ; une seconde posture « identitaire » prompte à ériger face au monde moderne un « rempart de certitudes » protecteur et parfois moralisateur.
Etre chrétien aujourd’hui, un exercice périlleux ? Douloureux ? Joyeux ?

( Radio Espérance ne vit que des dons de ses auditeurs )

Souhaitez-vous faire un don complémentaire ?

Votre don est déductible de l'impôt sur le revenu (à hauteur de 66% de vos revenus imposables).